Version imprimable

Current Size: 100%

Histoire du pélerinage

Cahors, étape majeure sur le Chemin de Saint-Jacques 

Au Moyen-âge, le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle comptait parmi les trois grands pèlerinages que tout bon Chrétien se devait d’effectuer avec Rome et Jérusalem.

 

Dès le IXème siècle, les pèlerins se rendent sur le tombeau de l’apôtre Saint Jacques découvert par un ermite qui a été guidé jusqu’au « Champs de l’Etoile » ou « Campus Stellae ».

Des quatre coins de l’Europe, les pèlerins, depuis leurs domiciles, se mettaient en route vers la Galice. Pour des raisons pratiques et de sécurité, ils finirent par converger sur des voies précises et des lieux de rassemblement se constituèrent au départ de Paris, Vézelay, Arles et Le Puy en Velay.

 

Les Chemins de Compostelle ont été désignés premier « Itinéraire Culturel Européen » par le Conseil de l’Europe en 1987. En 1998, l’UNESCO à son tour reconnaît la valeur universelle exceptionnelle de ce chemin en inscrivant 71 monuments et 7 tronçons de la Voie du Puy en Velay sur la liste du Patrimoine Mondial.

 

Pèlerinage, chemin spirituel et lieu de rencontre, le Chemin de Saint-Jacques connait depuis quelques décennies un engouement qui ne se dément pas.

 

Cahors est traversée par la Via Podiensis, la voie du Puy en Velay, aujourd’hui devenue GR65. La ville de Cahors et le territoire du Grand Cahors sont aussi à la croisée de plusieurs variantes : le GR651, variante de la vallée du Célé et le GR46, variante venant de Rocamadour. C’est donc une étape importante pour les pèlerins et randonneurs d’aujourd’hui.

 

Un tronçon du chemin de Bach à Cahors ainsi que deux monuments de Cahors sont inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques : le célèbre Pont Valentré et la cathédrale Saint-Etienne.

Grands sites Midi-Pyrénées
  • Français
  • English
  • Nederlands
  • Deutsch
  • Español