Version imprimable

Current Size: 100%

Les châteaux des anglais

Parmi les nombreux châteaux du Lot, les châteaux des anglais ont une place particulière car mystérieux et presque cachés du regard. A Cahors et à Saint-Cirq Lapopie, en suivant la rivière, vous pourrez en apercevoir quelques-uns en scrutant roches et falaises.

 

Définition des châteaux des anglais

Ce sont des abris sous roche. Baptisées Rocas au Moyen-Age, les fortifications à flanc de falaise s’égrènent le long des vallées encaissées du Lot et du Célé, d’où elles pouvaient contrôler le transit sur les rivières et leurs environs ; à l’abri d’un surplomb, confinées dans l’espace restreint qui sépare la berge des falaises.

Des villages partiellement troglodytes étirés le long des abrupts de la roche, dont les parois de calcaire gardent la trace, se sont souvent regroupés autour de ces fortifications seigneuriales assez primitives, qui bien souvent sont les seules à avoir subsisté.

Les plus proches sont visibles entre Cahors et Saint-Cirq Lapopie à Cabrerets (château du diable), à Vers et à Bouziès au niveau du port au dessus de la route.

 

Un retranchement extrême

En dépit de l’inconfort que présentent leur espace confiné, leur accès accidenté, leur absence d’autre toiture que la roche en surplomb, ces fortifications à flanc de falaise furent pourtant habitables, ne serait-ce que temporairement.

Ainsi en témoignent parfois la présence d’une cheminée, ou exceptionnellement d’une tour ayant abrité un escalier en vis.

La surveillance et le contrôle des vallées ainsi que la mise en sécurité des biens et des personnes en cas de nécessité furent manifestement leur principale raison d’être.

 

Quelle époque ?

La question de la datation de telles fortifications reste délicate. Il semble cependant, que la protection naturelle qu’offre aux populations les cavités et les anfractuosités de la roche fut certainement exploitée et aménagée assez tôt dans l’histoire médiévale.

Depuis l’époque carolingienne, quelques textes épars font références à des constructions ou des attaques de ces rocas. Les premières édifications clairement datées et attestées remontent au XXe siècle, où l’évêque Frotaire de Périgueux en fera aménager plusieurs en Dordogne.

Concernant le Quercy, en 1259, bien avant la guerre de 100 ans, Hugues de Castelnau fait hommage au comte de Toulouse pour la roca d’Autoire, il reconnaissait ainsi implicitement, que cet aménagement contre la falaise avait valeur de forteresse.

 

Une empreinte jusque dans les toponymes

La prévalence de ces rocas s’est imposée jusque dans la formations de nombreux toponymes où elles sont parfois encore visibles : Laroque des Arcs, Larroque-Toirac ou encore la Roque del Pont (Caillac).

 

Origines du nom de château des anglais

Et les Anglais dans tout ça ? Trop exigüs et faiblement équipés pour véritablement servir de repaire aux troupes à cheval des mercenaires à la solde du Roi d’Angleterre qui mirent le Quercy à feu et à sang durant la guerre de 100 ans, ils ne servirent vraisemblablement pas de camp retranchés aux troupes armées des XIVe et XVe siècle.

Ce n’est que bien plus tard, qu’une vision romantique de l’histoire les affubla de ce vocable péjoratif de « Châteaux des Anglais »… le nom est resté.

Grands sites Midi-Pyrénées
  • Français
  • English
  • Nederlands
  • Deutsch
  • Español